TG-1 * Transgallaxys Forum 1

Advanced search  

News:

.
Saskatchewan research reveals controversial insecticides are toxic to songbirds

######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ########

Religion is hate. Hate must be stopped.
There is no excuse for indoctrinating hate.


######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ########
Warnung: Nazimethoden bei Twitter.
Alle Accounts in Gefahr!
Twitter ist dumm wie Schifferscheiße!

######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ######## ########


Pages: [1]

Author Topic: Stimmen aus Frankreich: "Vous souffrez d’un cancer ?"  (Read 2803 times)

ama

  • Jr. Member
  • *
  • Posts: 1086
Stimmen aus Frankreich: "Vous souffrez d’un cancer ?"
« on: December 17, 2006, 12:46:44 AM »

http://perso.orange.fr/sos.derivesectaire/ARCHIVES%202004H.htm

[*QUOTE*]
--------------------------------------------------------------------------
DR) HAMER
Le coup de marteau du Dr Hamer  
Médecine parallèle  
AFP 190436

Vous souffrez d’un cancer ? D’une maladie grave ? «Tout est dans la tête!», assurent certains «médecins». Dans notre pays, des patients crédules risquent d’y laisser leur peau

Ils proclament que «La maladie n’est pas le fruit du hasard». Ils le répètent dans les conférences ou les séminaires qu’ils organisent régulièrement en Belgique. Ils l’affirment aussi dans l’ombre de leurs cabinets de consultation. Des malades les écoutent. Et les croient. Ils pensent, à leur tour. que le mal dont ils souffrent n’est que le «transposé exact, au niveau de notre corps. d’un conflit psychologique émotionnellement ingérable». Persuadés que leur maladie a été provoquée par leur cerveau, ils s’imaginent alors que seul cet organe pourra les délivrer et les guérir. «C’est ainsi que des patients se privent de soins qui pourraient parfois les sauver, leur accorder une rémission ou les accompagner le plus longtemps possible et avec une bonne qualité de vie. Sous l’influence de pseudo-thérapeutes, ces malades prennent le risque d’accélérer leur fin de vie et de décéder dans de grandes souffrances. tant psychiques que physiques. Souvent désespérées. leurs familles ignorent comment réagi r pour les arracher à cette emprise exercée par des charlatans portant parfois le titre de médecins...», s’insurge le Dr Charles Berliner. Voilà des années. déjà. que ce généraliste bruxellois lutte contre les dangers que font courir aux malades certains thérapeutes “parallèles» installés dans notre pays (1). Aujourd’hui. l’un de ses combats le porte à affronter les ravages commis par les adeptes de deux médecins. les Drs RY Ryke Hamer et Claude Sabbah...  

L’histoire du Dr Hamer, un cancérologue allemand. est d’abord bouleversante: en août 1978. suite à une altercation, son fiIs
de 19 ans est abattu. Peu de temps après ce drame, le médecin développe un cancer à un testicule. C’est alors qu’il échafaude la thèse selon laquelle la maladie n’est que l’expression d’une charge émotionnelle. Quelques années plus tard, le Dr Hamer sera radié de l’ordre des médecins et. par ailleurs, condamné à la prison : pour avoir gobé ses dires, des malades ont perdu toute chance de se soigner et. peut-être. de guérir.

En France lé Dr Sahhah lui a emboîté le pas et peaufiné encore sa théorie. En Belgique, d’autres ont suivi. Leurs discours mêlent à la fois idées simples et percutantes («La guérison est un jeu d’enfant») à des élucubrations nettement plus hermétiques ou carrément mystiques. Dans un de leurs sites Internet, ils expliquent ainsi qu’un accident entre une voiture et un camion de lait (mais le mazout fait aussi l’affaire) peut déclencher chez la conductrice un cancer du sein (et forcément du sein, en raison du liquide qui s’est répandu sur la chaussée). Toutes leurs «démonstrations» pseudo-scientifiques ne sont pas du même tonneau. mais elles accumulent en tout cas des certitudes nées de nulle part ou de pas grand chose et des diagnostics ou des thérapies relevant du miracle. Seulement voilà: dans une société où tout le monde a fini par être plus ou moins persuadé que «tout se passe dans la tête», de telles théories risquent de faire mouche auprès de personnes fragilisées par leur maladie.

C’est, peut-être, ce oui est arrivé à cette dame lorsqu’elle a rencontré le Dr E.V., à Bruxelles. A cette époque. un gynécologue venait de lui apprendre qu’il faudrait sans doute procéder à une ablation mammaire, en raison d’un cancer.
Avant de s’y résoudre. elle a contacté le Dr E.V. Or ce généraliste homéopathe avait, lui., une tout autre idée de la chose...

«Chacun d’entre nous a la possibilité de faire basculer notre cerveau dans la guérison complète et définitive, explique-t-il.
En vente, il n’y a pas de maladies incurables, seulement des malades temporairement incapables d’accéder à leurs facultés personnelles de guérison et des soignants souvent incapables, pour le moment, de les accompagner vers la santé physique et mentale.» Selon ses spéculations, la maladie n’est plus «une ennemie mortelle à combattre à tout prix» mais «la solution biologique parfaite de notre cerveau» : véritable «présent et cadeau de la vie», elle donne la «chance» de trouver l‘origine de nos conflits. Les malades apprécieront...

Cette femme a donc cru qu’en “débusquant le surstress responsable de la maladie» elle «basculerait dans la guérison, grâce à une déprogrammation de son cerveau». Elle a refusé la chirurgie et tout autre soin «classique», Depuis des mois, le Dr E.V. est ainsi devenu son interlocuteur privilégié (à 90 euros la séance, parfois plusieurs fois par semaine, et sans compter des «séminaires» qui peuvent coûter 350 euros). Mais le Dr E.V. est aussi celui qui lui a interdit de parler à quiconque de sa maladie et de la «thérapie» qu’elle mène avec lui. C’est lui qui lui parle longuement quand elle craque parce qu’elle constate l’apparition de symptômes inquiétants et émet la volonté d’aller faire des contrôles. C’est lui. enfin, qui a pris la précaution de lui faire signer un document disant qu’il la poussait à se faire opérer! Même s’il l’a convaincue que le stress lié à de simples examens risquerait de tout aggraver...
«Outre les risques mortels qu’ils font prendre à ceux qui les suivent aveuglément, ce qu’il y a de terrible dans le discours de ces thérapeutes, c’est qu’il rend les malades responsables de leur malheur, explique Nadv Van Broeck, psychologue et chargée de cours à l’Université catholique de Louvain. Ils font porter un énorme fardeau sur leurs épaules: déjà «punis» par la maladie, les voilà jugés aussi coupables de ce qui leur arrive, puisque c’est leur cerveau qui pourrait tout programmer et déprogrammer !.

A partir de là, pourtant, tout s’enchaîne : si lés patients ne réussissent pas à guérir, c’est, leur dit-on. parce qu’ils ne vont pas assez en profondeur pour voir clair dans leur stress, régler leurs conflits internes et ou assez se relaxer. Leurs tentatives pour y parvenir ? Forcément insuffisantes ! «Comment démontrer le contraire de ce genre d’assertions : elles sont absolument impossibles a réfuter ?» précise Nady Van Broek. Mais terriblement efficaces : ils placent plus encore le malade dans un état de dépendance vis-à-vis de son thérapeute.

D’après le Dr E.V. les malades paient aussi le poids du vécu de leurs ancêtres ou de leurs relations non satisfaisantes avec leurs proches. Souvent, dès lors, les familles en prennent pour leur grade, Parents, grands- parents, conjoints, frères et sœurs : le patient cherche. désespérément des responsables (ou des coupables) qui entraveraient leur guérison. «Les souffrances psychiques et psychologiques qui découlent d’une telle attitude sont loin d’être négligeables : la personne, déjà fortement culpabilisée, est de surcroît confrontée au poids de l’échec, à celui de la solitude et aux conséquences de ce qu’elle fait involontairement subir à ses proches.» Quant à ces derniers, qui ont souvent l’impression d’être plongés dans un univers de folie, ils sont prévenus : toute tentative pour faire administrer d’autres soins au malade risque de tout compromettre.

Certains adeptes des théories des Drs Hamer et Sabbah, hospitalisés trop tardivement décèdent en étant persuadés que c est la médecine «scientifique» qui a eu leur peau en interrompant leur processus de guérison...

Le drame de la patiente du Dr E.V. n’est donc pas unique en son genre. Avant elle, et en même temps qu’elle, bien des personnes sensées, sensibles, intelligentes, cultivées, se sont fait piéger. «Les charlatans de la médecine jouent sur une caractéristique humaine très particulière, explique Nadv Van Broeck: le besoin de fonctionner sur les illusions. Parmi elles, on trouve celle selon laquelle notre monde serait juste. En effet, nous aimerions croire que chacun obtient ce qu’il mérite et mérite ce qu’il obtient. En général, l’expérience nous montre que ce n’est pas le cas, que les «bons» peuvent être «punis» et les «méchants», «récompensés». Mais ceux qui n’ont pas intégré cette réalité peuvent avoir le sentiment de contrôler une vie où tout n’est pas le fruit du hasard.» Ces personnes estiment alors que si elles ne fument pas, ne boivent pas d’alcool, mangent sainement, expriment leurs émotions, elles ne souffriront jamais de cancers, comme si ces maladies n’étaient pas dépendantes aussi de la génétique, de l’environnement ou d’une combinaison de divers facteurs... «Si, en dépit de leurs précautions, elles tombent malades, elles sont prêtes à croire tout thérapeute qui leur propose de prendre un contrôle sur cet évènement douloureux, poursuit Nady Van Broeck. A leurs yeux, tout est préférable à une situation jugée hasardeuse ou incontrôlable. Mais elles ignorent le prix, très lourd, qu’elles risquent de payer pour avoir voulu vivre dans cette croyance illusoire les empêchant d’admettre que la vie n’est pas toujours aussi juste qu’on le rêverait...»

Pour asseoir leur influence, les thérapeutes «alternatifs» jouent également sur un autre registre. «Outre l’excellente qualité d’écoute et d’attention qu’ils proposent à une personne malade qui en a bien besoin, ils donnent de l’espoir. Alors qu’aucun médecin sérieux ne fournit jamais la garantie que vous vous en sortirez, eux, ils vous prédisent la guérison. Or c’est un mot que les malades veulent entendre», complète Nady Van Broeck. Il suffit d’y ajouter leur charisme, leur manière de présenter leur système comme une vérité absolue, enfin révélée à des initiés. Un zeste d’illusion faisant penser qu’ils vivent une relation exceptionnelle avec le patient... et la boucle es: bouclée. Tout est mis en place pour que ceux qui tombent dans leurs filets n’en sortent pas si facilement.
En réalité, ce n est pas la première fois que le Dr E.V. fait parler de lui. Divers témoignages ont déjà été rassemblés à son propos. La directrice d’une maison de repos a ainsi raconté comment: appelé à plusieurs reprises au chevet d’une patiente pour un problème respiratoire, il avait expliqué que le dessin aux signes cabalistiques qu’il avait laissé près d’elle lui permettait de la soigner «à distance». Cela n’avait pas empêché la vieille dame de trépasser dans l’inconfort. Appelons un chat un chat: le Dr E.V. n’est pas le seul à entretenir des pratiques qui s’avèrent pour le moins farfelues mais trouvent néanmoins un accueil favorable.

La peur, la honte (y compris d’y avoir laissé des fortunes), la culpabilité empêchent souvent les familles et leurs patients de parler. Faute de preuves, faute de plaintes, confrontés à des médecins ou des thérapeutes qui affirment qu’ils n’empêchent personne de se soigner ailleurs que chez eux ou hurlent au martyre, il est difficile de réagir. Et, finalement, de protéger les malades. Comme cette femme qui souffre d’un cancer du sein. Et qui aurait pu être opérée, voire peut-être guérie, depuis des mois déjà. Quelque part en plein Bruxelles, juste a côté de nous.
Pascale Gruber dans L'Express (Le vif) - 27 juin 2003
(I) Il a créé l’Association contre les pratiques illégales de la médecine (02 343 81 78. e-mail: c.berliner@tiscali.be  

Le guérisseur trop malade pour se déplacer
METHODE HAMER

JUSTICE. Comme prévu, Ryke Geerd Hamer ne s’est pas présenté hier devant la cour d’appel, qui a fustigé la «lâcheté et les courriers racistes» de l’inventeur de «la médecine nouvelle». Même à distance, il continue de nuire, ont rappelé les avocats des victimes et de l’ordre des médecins.

Sans illusion, le président François Bessy a demandé si Ryke Geerd Hamer était dans la salle.
Le guérisseur allemand domicilié en Espagne était attendu hier à la barre après avoir fait appel suite à sa condamnation à 18 mois de prison, dont neuf ferme, et 50.000 francs d’amende, pour complicité d’exercice illégal de la médecine. L’inventeur de «la médecine nouvelle» n’avait pas trouvé de remède à son propre mal, puisqu’il avait envoyé quelques jours avant l’audience un certificat médical indiquant que son état de santé ne lui permettait pas de se déplacer.

Il était absent, mais ses fidèles adeptes étaient dans la salle, prêts à écouver sans broncher les mots très sévères du président de la cour.

«Cela fait dix ans qu’il est mis en examen et il n’a jamais eu le courage de s’expliquer pour des faits d’une particulière gravité.

La Cour a d’autre part été abreuvée de courriers aux propos racistes qui ne resteront pas sans conséquences.

On se moque de la justice française!», a ajouté François Bessy avant d’indiquer la cour était dans l’impossibilité d’examiner l’affaire mais qu’elle ordonnera une expertise médicale en Espagne.

«C’est une méthode, mais aussi une secte», a estimé l’avocate de l’ADFI (Association de défense des familles et de l’individu), partie civile dans le procès. «Les conséquences sont dramatiques», a ajouté l’avocate, citant le cas d’un garçon de 19 ans décédé d’une tumeur après avoir suivi le conseil de suspendre son traitement. L’un des cinq exemples donnés par l’ADFI pour la seule année 2002. Sur le plan régional, celle-ci traque les victimes de l’association «Stop au cancer», qui diffuse les recettes du guérisseur. Elles sont basées sur l’idée que chaque malade peut agir par son esprit sur sa maladie, qu’il s’agisse d’un cancer, du Sida ou d’une sclérose en plaques. La «médecine nouvelle» remet également en
cause les traitements et médicaments prescrits par les médecins «traditionnels», prônant des techniques diffusées à la fois dans les livres du guérisseur

"Victimes de douleurs atroces"

et dans les groupes qui se réclament de sa théorie. Dernièrement, deux conférences étaient proposées en Savoie pour faire connaître les méthodes du «docteur en médecine et maître en théologie» installé à Alhaurin el Grande.

Même inquiétude de l’ordre des médecins, également partie civile. Leur défenseur a exprimé «leur préoccupation devant une théorie qui continue à se propager, faisant des victimes de douleurs atroces, qui finissent abandonnés de tous».
Le coup de grâce était donné par l’avocat général Jacqueline Dufournet «Chaque fois, il fuit devant ses responsabilités. Et ses lettres sont inacceptables», a-t-elle ajouté avec une virulence particulière, reprenant les termes antisémites employés.

Elle a fustigé «l’escroc» avant de demander à son tour qu’une expertise médicale soit effectuée afin que Ryke Geerd Hamer puisse être jugé. - Au moins pour le respect des victimes -

La cour contrainte de renvoyer l’affaire, adeptes et parties civiles ont poursuivi dehors leurs confrontations. L’une des animatrices de «Stop au cancer» distribuait à qui voulait un document de huit pages se présentant comme «une expertise de la médecine nouvelle» dressée par le «Professeur Docteur Hand-Ulrich Niemitz, de l’Ecole supérieure de technologie, de commerce et de culture de Leipzig». Du côté des parties civiles, un homme n’avait aucun diplôme à produire. Juste le certificat de décès de son épouse morte d’un cancer, alors que les adeptes de Ryke Hamer l’avaient convaincue d’arrêter tout traitement, à l’exception de deux «Doliprane».

Jacques LELEU - Le Dauphiné Libéré - 25 septembre 2003  
Trois ans ferme au guérisseur allemand
L'Union , 2 juillet 2004
Le guérisseur allemand Geerd Hamer, 68 ans, ancien médecin interdit d'exercice en Allemagne et en Autriche, a été condamné hier par la cour d'appel de Chambéry à trois ans de prison ferme pour " escroquerie et complicité d'exercice illégal de la médecine ". L'avocat général avait demandé une peine " suffisamment importante pour ordonner un mandat d'arrêt européen ", c'est-à-dire une peine au moins égale à un an de prison ferme.

L'ex-médecin, très contesté pour sa façon de traiter les cancers, était absent à l'audience le 27 mai. Il avait été condamné en première instance en mars 2000 par le tribunal correctionnel de Chambéry à 18 mois de prison dont 9 mois avec sursis.

Plusieurs plaintes avaient été déposées par les familles de personnes décédées après avoir suivi les théories diffusées par M. Hamer. La première plainte avait été introduite en 1996 par un homme dont l'épouse, atteinte d'un cancer du sein, avait abandonné tout traitement. Elle était décédée des suites de sa maladie après avoir refusé son placement à l'hôpital.

Lors du procès, des proches de cancéreux s'étaient succédé à la barre pour expliquer comment les malades avaient abandonné leurs traitements classiques et étaient morts dans d'atroces souffrances.

L'avocate de l'association anti-secte Unadfi (Union nationale des associations pour la défense des familles et de l'individu), Me Joëlle Vernay, a salué " la décision courageuse de la cour qui a frappé fort, plus que ne l'avait demandé l'avocat général ".

Or, selon la Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), la " nouvelle médecine " de Ryke Geerd Hamer fait toujours des émules. De nombreux " thérapeutes " incitent en effet à la méfiance envers la médecine conventionnelle.

Hamer aux abonnés absents
COUR D'APPEL DE CHAMBERY . Sixième évocation à Chambéry, de l'affaire Hamer, éternel absent, et de ses méthodes contestées pour guérir le cancer. Des parties civiles ont dit à la barre leur douleur. L'avocat général a demandé à son encontre une suffisante qui puisse ordonner un mandat d'arrêt européen.

 Gil Costa, ému, témoigne à la barre : " Je suis écoeuré que ce type ( entendre Hamer )ne puisse pas s'expliquer .Ma compagne est morte dans mes bras. On a eu droit à 10 000 frs de dommages et intérêts en 2000, on n'en a toujours pas vu la couleur. Suite à cette affaire, mon gosse de 9 ans a eu de graves problèmes psychiques. La Sécurité sociale ne veut même pas le prendre en charge ". Gil Costa n'hésite pas à dire qu'il ne croit plus guère à la justice . Il demande sans illusion au président de la chambre correctionnelle François Bessy qui lui tend la perche, 800 000 frs de dommages et intérêts, comme réclamé par son avocat en première instance en 2000; Deux autres parties civiles interviennent à la barre .

Me Jean-Paul Calloud, représentant la petite fille d'un tailleur de pierre, atteint d'une tumeur au cerveau en 1995, mis en relation avec Mme Andrée Sixt, le relais de la méthode Hamer en Savoie, relate les conditions atroces de la mort de cet homme.

Le conseil départemental de l'Ordre des Médecins, et l'UNADFI ( Union Nationale des associations pour la défense des familles et de l'individu ) sont également partie civile. C'est la sixième fois que l'UNADFI a à traiter de l'affaire Hamer, cet ancien médecin radié en 1986 en Allemagne, pays pourtant tolérant avec les médecines alternatives. Hamer prônait non
seulement une méthode pour guérir le cancer, mais surtout conseillait aux malades d'abandonner tous les traitements classiques. Bien qu'il ait fait lui-même appel d'un jugement du tribunal de grande instance de Chambéry d'octobre 2001, le condamnant à 18 mois de prison, dont 9 ferme, pour exercice illégal de la médecine, complicité de non-assistance à personne en danger, complicité d'exercice illégal de la médecine, et escroquerie, Geerd Ryke Hamer ne s'est, une nouvelle fois, pas présenté à l'audience hier. Il a écrit au tribunal des courriers éloquents déclarant qu'il n'acceptait pas, comme relaté par le président Bessy, " d'être jugé par un tribunal rabbinique " .Un peu plus tard l'avocat général, Mme Jacqueline Dufornet, a lu des extraits des courriers adressés où Hamer " agrémentait " ses propos de références à des prétendus complots " judéo-politico-maçonniques " . Air sinistrement connu…

" Le parquet général attend la décision du tribunal pour ordonner d'autres poursuites ", a ajouté Jacqueline Dufournet.

Hamer faisant un bras d'honneur à la justice, la méthode n'en continue pas moins à être diffusée, et s'étendre sur Internet, a dit Mme Joëlle Vernay, l'avocate de l' UNADFI . Elle a révélé que Mme Sixt, qui n'avait pas fait appel du jugement la condamnant en première instance, " a un nouveau site sur Internet et une boîte postale à Chambéry " .

Que faut-il donc, dans tous les sens du terme, pour arrêter Hamer ? Dans son réquisitoire, Mme Jacqueline Dufornet a réclamé au tribunal qu'il le condamne à " une peine suffisamment importante pour ordonner un mandat d'arrêt européen ". En d'autres termes au moins un an de prison ferme; Mais déjà a été évoqué à l'audience le désir de ce dernier d'en appeler
à la Cour européenne de justice .

L'affaire a été mise en délibéré au 1er Juillet.

Michel Lévy - " Le Dauphiné Libéré " jeudi 27 mai 2004 .

Le guérisseur Hamer arrêté en Espagne

Le guérisseur rattrapé à Malaga. Le médecin allemand radié, condamné le 1er juillet à Chambéry à trois ans de prison ferme pour la diffusion de sa théorie de guérison du cancer, a été arrêté, hier en Espagne, par le mandat d'arrêt européen lancé à ses trousses.

Ryke Geerd Hamer, 69 ans, est sous les verrous. C'est la deuxième fois depuis près de vingt ans de bras de fer avec les justices de plusieurs pays européens. Le guérisseur allemand a été cueilli par la police espagnole, hier à Malaga, en exécution du mandat d'arrêt européen lancé contre lui par la cour d'appel de Chambéry (Savoie).

Cet ordre d'interpellation international avait conclu la énième et dernière condamnation prononcée contre lui en Savoie, le 1er juillet, lui infligeant trois ans de prison ferme pour complicité d'exercice illégal de la médecine. La décision est définitive et c'est pour purger cette peine que le médecin radié devrait être très prochainement remis aux autorités françaises après épuisement de ses voies de recours. La nouvelle de son arrestation a été immédiatement communiquée, hier, par les Espagnols au parquet général de Chambéry.

Autrefois chef de clinique en médecine interne au CHU de Cologne, généraliste à Heinelberg de 1967 à 1976, Ryke Geerd Hamer commence à diffuser sa théorie de guérison du cancer après le décès de son fils. Dirk Hamer meurt en Corse, en 1978, touché par une balle tirée, au cours d'une rixe, du yacht du prince Victor-Emmanuel de Savoie. Selon Ryke Geerd Hamer, la maladie provoquée par un traumatisme psychique peut être soignée par la seule force de l'esprit. La clef est le règlement de ce trouble dont la nature est diagnostiquée par observation de scanners cérébraux. Mais le préalable à toute guérison reste, pour Ryke Geerd Hamer, l'abandon des soins traditionnels, inclus les anti-douleurs. Ses idées séduisantes, extrêmement dangereuses pour les malades, régulièrement reprises par des sectes médicales, se répandent dans le monde entier.

Notamment à partir de Chambéry où se crée, au début des années 80, l'association "Stop au cancer" dans le but de propager la "médecine nouvelle" de Hamer. Elle provoquera, également, par les plaintes de proches de victimes décédées sous l'emprise de sa théorie, soutenues par l'ADFI (association de défense des familles et de l'individu), l'affaire d'exercice illégal de la médecine. Après six ans de procédure, le dossier a abouti à sa condamnation pour complicité et celle, déjà ancienne, bien plus légère, de deux responsables successives de "Stop au cancer". Pour autant, cela n'a pas freiné la diffusion.

Au cours de ces vingt dernières années, le guérisseur Hamer a régulièrement défrayé la chronique, particulièrement avec l'affaire Olivia Pilhar, cette enfant cancéreuse que ses parents avaient illégalement soustrait, en Autriche, à la médecine traditionnelle pour la remettre aux bons soins de Ryke Geerd Hamer. La petite fut récupérée de force et ses parents condamnés. Hamer a, également, été sanctionné par une peine ferme en Allemagne où il a été interdit d'exercice et radié.

Enfin, dernier visage peu amène de l'homme, celui laissant transparaître une certaine xénophobie : ses derniers courriers adressés à la cour d'appel de Chambéry comportaient des propos outrageants, racistes et antisémites. Ils devaient scandaliser les magistrats au moment de son procès, plaidé en son absence, pour cause de... maladie jugée "diplomatique" après expertise.

Frédéric CHIOLA dans le Dauphiné libéré du 10 septembre 2004
Le guérisseur Hamer transféré pour purger sa peine en France

CHAMBERY, 15 oct 2004 (AFP) - Le guérisseur allemand Ryke Geerd Hamer, condamné le 1er juillet à trois ans de prison par la cour d'appel de Chambéry pour "escroquerie et complicité d'exercice illégal de la médecine", et arrêté en Espagne, sera transféré dans les dix jours pour purger sa peine en France, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Le parquet de Chambéry a confirmé cette information révélée vendredi par le Dauphiné Libéré, en précisant que l'Espagne avait donné son feu vert au mandat d'arrêt européen. "Hamer s'est pourvu en
cassation, mais il ne peut pas s'opposer à son transfert. Grâce au mandat d'arrêt européen, les choses vont maintenant très vite", a indiqué Jacqueline Dufournet, magistrate du parquet général de Chambéry. M. Hamer, condamné deux fois par défaut depuis janvier 2000 après avoir fourni des certificats médicaux, a été arrêté en septembre à Malaga (Espagne). Sauf décision contraire de la cour de cassation, il ne sera pas rejugé en France. La première plainte contre Hamer avait été introduite en 1996 par un homme dont l'épouse, atteinte d'un cancer du sein, avait abandonné tout traitement. Elle était décédée des suites de sa maladie après avoir refusé son placement à l'hôpital. Lors des procès, des proches de malades du cancer s'étaient succédés à la barre pour expliquer comment ces derniers avaient abandonné leurs traitements classiques et étaient morts dans d'atroces souffrances. Interdit d'exercice de la médecine dans son pays, le guérisseur allemand, qui voit dans toute maladie la manifestation d'un "choc psychique intense", continue à inspirer de nombreux "thérapeutes" qui incitent à la méfiance envers la médecine conventionnelle.

Le guérisseur Hamer à Fleury Merogis
Le mandat d'arrêt avait été lancé par la cour d'appel de Chambéry.

Ryke Geerd Hamer, 69 ans, est à Fleury Mérogis, la prison centrale de la région parisienne, depuis hier après-midi.
Il a été transféré de Madrid la veille au soir et déféré, le matin suivant au parquet de Bobigny par lequel il a été entendu assisté d'un interprète.

Le médecin allemand radié, a été interpellé à Malaga en septembre sur exécution d'un mandat d'arrêt européen. Il avait été lancé contre lui par la cour d'appel de Chambéry (savoie) qui l'avait condamné à trois ans de prison ferme pour complicité d'exercice illégal de la médecine.

L'affaire mettait en cause sa théorie de guérison "spirituelle" du cancer. Le parquet général de Chambéry envisage maintenant de demander l'extension du mandat d'arrêt afin de pouvoir le poursuivre pour les multiples courriers à connotations antisémite qu'il a adressé aux juridictions savoyardes au cours des dernières années.
Le Dauphiné libéré, 21 octobre 2004
--------------------------------------------------------------------------
[*/QUOTE*]
.

ama

  • Jr. Member
  • *
  • Posts: 1086
Stimmen aus Frankreich: "Vous souffrez d’un cancer ?"
« Reply #1 on: January 29, 2009, 10:05:14 PM »

Pages: [1]