TG-1 * Transgallaxys Forum 1

Pages: [1]

Author Topic: What the Steiner Waldorf School Movement did not want you to read.  (Read 2105 times)

Omegafant

  • Boltbender
  • Jr. Member
  • *
  • Posts: 851

[*quote*]
What the Steiner Waldorf School Movement did not want you to read.
by Andy Lewis • June 14, 2013

Earlier this month, Grégoire Perra was finally acquitted in a French court after the Federation of Waldorf  Steiner Schools in France decided to sue Grégoire Perra, a former Steiner teacher, for publishing a critique of the schools and the anthroposophy movement.

The trial appears to have collapsed as the court accepted that the account was not written out of malice but as an honest examination of the Steiner School system. It also looked as if the trial had its farcical moments:

The President of the Tribunal: Mademoiselle X., what did you found of defamatory in the testimony of Grégoire Perra ?

Miss X. : Everything is a tissue of lies and vile errors against Waldorf schools!

The Chairman: Yes, but what exactly did you find defamatory in the passages?

Miss X. I do not know, I did not read, I have just been flying …


The document is important as it is perhaps the most detailed personal account of what goes on inside a Steiner School from someone who is prepared to step back, be objective and open about those experiences.
[*/quote*]

more:
http://www.quackometer.net/blog/2013/06/what-the-steiner-waldorf-school-movement-did-not-want-you-to-read.html


This calls for a long and deep look. First the Google translation and second the French original we will support Grégoire Perra and help him to spread the news in the WWW.

The Google translation of
http://gregoireperra.wordpress.com/2013/04/22/chronologie-de-mon-parcours-chez-les-anthroposophes/

[*quote*]
Blog Gregory Perra
 Sensitive philosophy
Posted by: gperra | April 22, 2013

How I came to testify

From the judgment of the criminal court of Paris XVII of May 24, 2013:

On good faith:

 "Gregory PERRA demonstrates that continued after his resignation (school Perceval Chatou) to work with the anthroposophic community and put January 28, 2008 at Danièla HUCHER Council member of the Federation of Schools and WALDORF STEINER member of the Executive Committee of the Anthroposophical Society, "a small report on the issue of teacher training in WALDORF schools in France" in which he mentions in particular the "formation of a closed vase deeply pathogenic" within the faculty and offers various solutions.

 Grégoire PERRA then handed January 29th 2008 another report, to Antoine DODRIMONT and Bodo von PLATO, drafted at their request, entitled "Reflections on the draft Formation Anthroposophical Générale", in which he formula several proposals to hone the Anthroposophical training .

 He finally returned December 15, 2008 compared to a third anthroposophic instances, entitled "Letter on anthroposophic training in France" in which he sets including "defects" and "through the anthroposophic community" in order to "advance", which illustrates the fact that it has built a critical opinion at the time of the work thus produced.  Then in 2009 he published an article entitled "the idealism to Anthroposophy" in the magazine "News of the Anthroposophical Society in France" dated July-August 2009, he described himself breakpoint in his own reflection on the Anthroposophical doctrine, arguing that the doctrine now threatened his own free will.

 Although he resigned in June 2009 Anthroposophical Society, he gave thereafter a conference entitled "The anthroposophic middle animalization a life of the mind", the text of which was made available to members of the Society anthroposophic in France, particularly through the "News of the Anthroposophical Society, in June 2010, even though it evokes the idea of ​​indoctrination of schoolchildren STEINER to anthroposophy.

 It follows from the above that, far from being the result of a "bitter hatred", the testimony written by Gregory PERRA published on the site UNADFI, is the result of a philosophical reflection on anthroposophy it itself and its modes of transmission, including within schools STEINER WALDORF

 Therefore, it is also vain as the plaintiff argues that "UNADFI" would be driven by personal animosity characterized by the fact that it reproduces the way, without any reservation, Gregory PERRA since no animosity n 'is retained against it.

 In addition, not only UNADFI granted at the request of right response made by the plaintiff, but no personal animosity is established from Catherine PICARD and Marie Drilhon against the plaintiff, they did observe that the social object assigned to UNADFI bringing to public attention for thought for supplying a democratic debate, which must be open to criticism, the interrogation and reflection.

 Finally, the "serious investigation" is not effectively challenged by the plaintiff, since the About-offending, out of context, are actually a simple testimony from a person who can give an opinion on the functioning of schools STEINER WALDORF PERRA since Gregory was first students in two schools STEINER WALDORF and teacher in these schools, a member of the Anthroposophical Society in France and finally worked not only for the Federation of Schools STEINER WALDORF but for the Anthroposophical Society to reform anthroposophic training generally and within schools STEINER WALDORF in particular, being observed that it was legitimate for the President UNADFI specialist in surplus in the fight against cults, to give voice to Gregory PERRA through his association, and Marie Drilhon did that take the evidence presented as such, Gregory PERRA, did not have to check the veracity.

 The defense of good faith may well be admitted, it should return the defendants of the lawsuit.

The civil action:

 The association FEDERATION OF STEINER WALDORF SCHOOLS IN FRANCE is admissible as a civil party, but it must fail all requests due to be acquitted.

FOR THESE REASONS:

 The court, acting publicly, first spring and by adversarial role towards of Grégoire PERRA judgment, Marie JOIN LAMBERT, Catherine CORDONNIER wife PICARD forewarned, and FEDERATION DES ECOLES STEINER-WALDORF EN FRANCE, civil party association (Article 424 the Code of Criminal Procedure)

Returns PERRA Gregory, Marie JOIN LAMBERT, wife Catherine SHOEMAKER PICARD for the prosecution,

Receives the association FEDERATION OF STEINER WALDORF SCHOOLS IN FRANCE in the civil party,

 The dismisses its claims due to be acquitted. "

What anthroposophy and Waldorf education?

 To understand the approach that was mine, must anthroposophy, which is involved in my testimony, which gave birth to the Waldorf schools, is firstly characterized.  It is not easy to do it synthetically, because it is a great work that touches so many areas, but I think we can say the following:

 In the early twentieth century, a young essayist who had some philosophical pretensions became a member and leader of the Theosophical Society.  There, he claimed to have clairvoyance, mediumship, which allowed him to make disclosures about all areas of life.  In addition, he also claimed to have developed a method that allows anyone to follow to become himself a clairvoyant.  This method combines meditation exercises occult (recorded in his book Initiation, Ed Triads), but also a philosophical epistemology and scientific (he claims to sit on the scientific work of Goethe in particular, recorded in several books with a theory of knowledge in Goethe Ed EAR).  This method, half-hidden mid-scientific (actually pseudo-scientific) would have allowed him to have revelations about the hidden reality of the world and receive direct guidance of the Gods.  Anthroposophy must therefore be regarded as a "new religion", but at the same time she claims to be a scientific approach, a "new science".

 It is from these "divine revelations," sent by the gods to Rudolf Steiner, but presented as the results of a scientific approach that was founded Waldorf education.  Therefore, the principles at work in these schools were immediately taken a sacred character.  It was unthinkable to change, to criticize, to question, since this method of teaching came directly from the "spiritual world" as the name of anthroposophic, through a man considered a guru.  But many of the principles of these schools with, in my opinion, a dysfunctional.  For example, the college management (without a director or recognized hierarchy) schools.  Or no ratings.  Promiscuity or teacher-pupil.  Or taste of the irrational that these schools teach.  And especially the fact that they were designed as a world apart, corresponding to the criteria of anthroposophic, including food, aesthetic, religious, relational, etc..  That is why it was absolutely necessary for teachers of these schools anthroposophic hide failures of their schools when they appeared: from being a revelation, they could only produce an exemplary pedagogy!  What they have done until now, with concealment techniques increasingly lapped.  In addition, the claim of the Waldorf schools be the best education possible and for this reason get subsidies from the government, including the Ministry of Education, has led also to conceal the true nature of their teaching practice, which was not entitled to educational standards in different countries where the teaching took root.

Summary of dates of my career at the anthroposophic:


September 1979: entry into the Waldorf School Canopies-le-Buisson in CE2 (4th class);


September 1988: started school Waldorf Perceval de Chatou in class Terminal (13th at the time);


23/03/1994 to 31/06/1996: Professor of History and Geography at the Free School Steiner Canopy-le-Buisson;


1995 I became a member of the Anthroposophical Society in France;
2001: editor and member of the Writing Spirit of Time magazine anthroposophic main public in France;


September 2002: graduation Capes Philosophy, beginning of my teaching career at the Ministry of Education;
June 2003 resignation of the editor of the Spirit of Time;


September 2003: I am employed part-time by the school Perceval de Chatou as Professor of Philosophy and also French and Drama;


March 22, 2007: I resign from the school Perceval Chatou;


March 2006 to June 2007: educational training weekends at Rudolf Steiner Institute of Chatou;
July 25, 2007: I resign from the educational training of the Rudolf Steiner Institute of Chatou;


January 28, 2008: submission of the report on the Steiner-Waldorf schools in Danièla Hucher, a member of the Federation of Waldorf Schools and member of the Executive Committee of the Anthroposophical Society;


in 2008: submission of an initial report on anthroposophic training and Antoine Dodrimont Bodo von Plato;
22 November 2008: Participation in conference Biodynamics: "Agriculture and ethical living", with Jean-Marie Pelt;


December 15, 2008: submission of the second report on anthroposophic training;


March-April 2009: publication of the article entitled From idealism to anthroposophy in the News of the Anthroposophical Society in France;


June 2009: I resigned from the Anthroposophical Society;


April 2010: I gave a lecture entitled The anthroposophic middle animalization a life of thought, providing members of the SAF in written form from June 2010;


July 2010: making contact with the President of the SOFI 94 related UNADFI association;


November 2010: making contact with the director of bubbles UNADFI;


November 2010-May 2011: writing my story appeared on the website of UNADFI


May 2011: meeting with the Office of bubbles, the journal of the UNADFI about my testimony session of questions and corrections before publication;


June 2011: publication of the short version of my testimony in BUBBLES review;


July 8, 2011: launch of the long version of my story on the site UNADFI;


August 10, 2011: letter of thanks from the Secretary General of MIVILUDES about my testimony.
1 September 2011: Back-to-college professors Waldorf School Canopies-le-Buisson devoted to the perspective of the Federation of Waldorf Schools of my testimony;
since September 2012: meeting with various institutions of the Republic.
4 June 2013: final acquittal of the indictment for defamation brought by the Federation of Waldorf Schools.

Actors

 To understand the events I will now describe, it is necessary to specify at least six institutional actors, we tend to confuse because of their close links


Perceval Chatou school, then headed by Daniele Burlotte (Director officially, but simply a member of the College of Management in practice), Franck Guardian, Joel and Benedict Acremant Journiac (among others);


Add the Rudolf Steiner School of canopy-le-Buisson, whose director (official) is Marie-Céline Gaillard;


Federation of Waldorf Schools, chaired by Isabelle Ablard-Dupin and Jacques Dallé and Marie-Céline Gaillard;


Institute of Teacher Training Rudolf Steiner Chatou, led by Raymond Burlotte and Marie-Céline Gaillard (yes, it's everywhere!)


the Anthroposophical Society in France, led by Antoine Dodrimont;


the Anthroposophical Society, based in Basel, Switzerland, led notably by Bodo von Plato.

My resignation from the school Perceval Chatou

 As I said in my article, I was first a student at the Waldorf School Canopies-le-Buisson, then the school Perceval.  I became officially anthroposophy at the age of 25 years by becoming a member of the Anthroposophical Society.  I taught for two years at the Steiner School Canopies-le-Buisson, 24 to 26 years.  At 30, in 2000, I also became a member of the Christian Community (a subsidiary of worship anthroposophy).  In 2002, I got the help of certified teacher of Philosophy in Education.  In 2003, I became a professor of philosophy at the school Perceval de Chatou, including performing a few hours, in addition to my normal service to Education.  Having a foot in both systems has placed me in a comparison situation.  So I started to make comments or suggestions that sought constructive, but in fact call into question the operation of the school Perceval.  Which in this environment was perceived as attacks.  For my part, though I do not question the remettais Waldorf: I thought I would make improvements.

 Moreover, another point of comparison was provided to me when I started my training at Rudolf Steiner Institute of Chatou.  I was able to found a huge gap between what we were supposed to do in terms of what should be the Waldorf and what was practiced in the school where I practiced.  I then tried to also make suggestions for improvements in this direction.  I thought then that we were not quite Waldorf, we do not truly followed the principles of Rudolf Steiner and our inefficiency was a betrayal of the spirit of this school.  I thought Rudolf Steiner never wanted us to stay frozen in rigid forms of teaching and operating in accordance with the exhortation to adapt to new circumstances he professes to start his book Human Nature, which is the basic book of anthroposophic educationalists.  This questioning of the operating modes of the school Perceval was increasingly resented by some faculty members of the College Board.

 My resignation took place on 22 March 2007.

My resignation of teacher training of Rudolf Steiner Institute of Chatou

 Following this resignation, I was received by Jacques Dallé, then President of the Federation, and Burlotte Raymond, Director of the Institute of Teacher Training Rudolf Steiner Chatou.  I their ais described in detail the actual situation of the school of Chatou Perceval and all that it produced.  I was allowed to continue teacher training if I wanted to.

 From March to June 2007, so I continued training weekends teacher training at Rudolf Steiner Institute of Chatou.  But I was increasingly aware that the method itself that we were taught was deficient.  I did sometimes openly share my trainers, some of which were in my opinion covertly.  In September 2007, I decided not to continue the course, although I was encouraged to do so, and I gave my resignation.  I wanted to do more work in Waldorf schools and thought a thorough renovation of this education was necessary.

My three internal reports on anthroposophic training and pedagogy Waldorf

 This is from July 2007 I came to work closely with Antoine Dodrimont, President of the Anthroposophical Society.

 Antoine Dodrimont had invited me to participate in anthroposophic Congress.  From August 2007, he wanted to intensify our collaboration, following my participation with him at a conference for young anthroposophic on "cosmic humor", where I gave a lecture entitled The philosophical root of Anthroposophy and the return of Wizards.

 In late 2007, I was received by the Executive Committee of the Anthroposophical Society, which directed me to consider the issue of training for young anthroposophy.  I wrote it for two successive reports sent to Antoine Dodrimont and Bodo von Plato.  At the same time, Daniéla Hucher entered the Director of the Anthroposophical Society Committee.  This person was the director of a Waldorf school in the South of France in Pau, but also a member of the Federation of Waldorf schools.  She ordered me another report, this time on the Steiner-Waldorf schools.  This report was presented to him January 28, 2008 (it is now on my blog in the article entitled My reports on anthroposophic training and the Steiner-Waldorf schools in 2008 ).

 It was during the writing of these reports I began to realize the shortcomings of anthroposophy and Waldorf schools.  I say "started" because I do not remettais still question the whole system, or the figure of Rudolf Steiner and his anthropospophie.  I remained an avid anthroposophic practicing anthroposophic his daily meditations and participating in worship of the School of Spiritual Science.  I think it was possible to improve and reduce its problematic character producing serious problems.  Antoine Dodrimont was openly in my direction and say together we would renovate the Anthroposophical Society.

 The first report, which was commanded was awarded to Antoine Dodrimont and Bodo von Plato in 2008.  He raised a few comments and proposed corrections, especially after a working session with Bodo von Plato in September 2008.  The second, which included these remarks was delivered on 15/12/2008.  However, the reaction Dodrimont Antoine, of wanting to hide from the eyes of all the findings of this report, has outraged me and that's when I realized that the problematic nature of this institution was taken by its leaders.

 November 22, 2008, I was invited by Antoine Dodrimont to participate in a large conference Biodynamics as a speaker, the next Michaela Glockler and Jean-Marie Pelt.  I gave a lecture and was hosting a workshop.

My articles on anthroposophy

 Along with these three reports commissioned by the Anthroposophical Society and the Federation of Waldorf Schools, I also was writing feature articles on anthroposophy, which appeared in the Journal of the Anthroposophical Society (The News).  This work was more philosophical.  In these articles also my conclusions arrived to question the problematic nature of the anthroposophic community and even the doctrine that underlies it.  In one of them, entitled From idealism to anthroposophy, which appeared in the News of the SAF March-April 2009, I denounced the fact that the anthroposophic institutions often led its members to become "slaves the spiritual. "  I leaned including a book whose reading was essential for me to know Difficult freedom of Emmanuel Levinas.  In this philosophical essay, Levinas considers indeed two types of relationship with the divine, or sacred, that could also be called the "numinous" or "spiritual world", if one is anthroposophy.  He distinguishes possession, which is a self-forgetfulness to be traversed by the sacred or divine (enthusiasm, in the etymological sense of "in" and "theos") and the relationship to the divine, embodied by Judaism .  I then realized that what I was watching in the anthroposophic community was more about possession than the relationship to the divine.  This immediately aroused the hostility of some important leaders of the movement.  Here again, this attitude allowed me to understand that freedom of thought and expression, which is clamoring to body and cries anthroposophic was purely fictitious and hypocritical.

My resignation from the Anthroposophical Society

 That's all this reflection, started a hand during the writing of my three reports, and secondly during my philosophical articles on anthroposophy, which m ' has led him to resign in June 2009.

 The resignation gave me the opportunity to further distance the one hand, and to live a normal life on the other, in which I épanouissais.  As we still have one foot in the anthroposophic community, it is impossible to understand its true nature.  Only the radical break open your eyes.  I continued and intellectually freer way of thinking about my work enclosing the character of anthroposophy and Waldorf schools.  This gave rise to a conference held at the headquarters of the Anthroposophical Society in April 2010, entitled The anthroposophic middle animalization a life of thought .  I clearly denounced the "vampiric" nature of anthroposophy and its derivative institutions, as well as mental as Steiner-Waldorf schools as I put out on their students confinement.

Writing my story appeared on the website of UNADFI

 In July 2010, I myself writing my memories of my schooling in Waldorf schools, as well as memories of my former professor of these institutions.  There were handwritten notes in a notebook.  I was reading through my best friend, who advised me to seek the lighting specialist sects to help me progress in my work ongoing reflection.  Also under his guidance, I made contact with the SOFI 94, an association fighting against sectarian Val de Marne, which I told my whole story.  After the interview, the President asked my permission to contact UNADFI, to inform them that we exchanged.  For several months, I no longer had any news and I end up thinking that the case would not followed, which did not bother me at all.  But in November 2010, I was contacted by the director of the BUBBLE review review UNADFI, who asked me to start writing a written testimony of my journey in anthroposophic and my experience as a teacher in schools Waldorf .  I willingly did, because I thought it would be drafting a way to clarify my thoughts by submitting with regard to a knowledgeable person.  At the same time, I fell ill and was bedridden for several months.  This gave me the opportunity to devote myself entirely to writing this long article, which was not possible while working.  I sent, by snatches, fragments of my work at the head of bubbles that read and asked me about what I had written, asking for clarification, by stimulating his questions and asking me my thoughts to examine specific aspects of the subject which I had not thought of.  She asked me to carefully detail all the facts mentioned in my testimony and provide the names of the people involved, which were not retained in the final version does not jeopardize their reputation.  She also asked me to clarify my sources and reference my words whenever possible, which anyway was my way of working.  It also helped me to take distance with the specific vocabulary of the anthroposophic community and Steiner-Waldorf schools, which is understandable only within the circles of this little world.

 At the same time, I was still in contact with several former students of these schools and a teacher Waldorf still active.  I had with each of them long interviews in which they entrusted me with different elements for me to conclude problematic nature of these schools.  They knew that I was writing this article.  Interviews with alumni in fact allowed me to perceive their major difficulties of psychological integration into normal society, their suffering to abandon the world apart they had known, and which have had artificially overestimated given a picture of 'themselves.  As these students was precisely at the beginning of their university studies, they faced these challenges in a very conscious and could testify clearly.  The teacher activity, meanwhile, made me part of the inner workings of the school, serious problems collegial management met there, highly problematic relational practices are observed and suffered, etc..  I wonder décelais with the same process that I had encountered in other Waldorf schools, or methods we talked about training me evoking other schools in France and Germany.  Thus I was able to realize that these problems are not specific to any particular school, as I had previously thought, but were inherent in the Waldorf system as a whole .  Moreover, the professor still active, who had his schooling in a Waldorf school children, told me parts of their education.  I saw in detail how certain mechanisms of mental confinement and subtle packaging were introduced at an early age, exactly the same as I had experienced myself as a student, or j ' had observed and practiced myself as a teacher.

 The publication of my story took place in July 2011.  In early September 2011, the professor in question back in touch with me to tell me that the college back to the school where he had worked for entitled "The article by Gregory Perra: the views of the Federation."  The same evening, he called me to make me a detailed report.  He was absolutely amazed that Marie-Céline Gaillard, President of the Federation of Waldorf Schools and Director of the School Canopies-le-Buisson, would at this meeting (according to him) came to the defense of my Article against all school teachers gathered, saying many things I had said were true.  He added however that the Federation probably would be forced to attack my written defamation to counter the effects that could occur in public.  He said he was told during the meeting that the strategy adopted by the Federation was to time to try to cover it up.  It was publicly described my writing "pamphlet".  However, at this meeting, Marie-Céline Gaillard reportedly said that internally, we should not call this witness pamphlet, but he had to use the term article because it was a job that reflected my thoughts, and that schools should take seriously what was written there to change their modes of operation.  (These remarks broadcast by a person in good faith, however questionable, since I do not ais myself heard).  This aroused, always according to the statements of the teacher, the indignation of the Waldorf teachers hardliners who were present at the meeting.  I was also procured an internal letter from the Federation of teachers Steiner-Waldorf schools in operation, signed by the Secretary General of the Federation, Henri Dahan, taking the position defended by Marie-Céline Gaillard position in front of colleagues.  He clearly said that "the writing of Gregory Perra asked important questions" that "I was not the first to do" and "we should think once mastered the consequences of his act."

The continuation of my work thinking

 Following the publication of my article, I continued my work of reflection on the Steiner-Waldorf schools and Anthroposophy, which resulted in the publication of numerous articles on my blog.  In the first category of articles, I tried to deepen the character enclosing anthroposophy as doctrine, the operation of the Anthroposophical Society and the anthroposophic community (for example in the article Who are the anthroposophic? or pressures of the anthroposophic community ).  In another category of articles, I have tried to better understand the process of transmission of anthroposophic insidious doctrine students to work in my in Waldorf schools (eg in a control and an almost undetectable indoctrination ).  Finally, in the last section particularly long and documented here based on secret writings of Rudolf Steiner who were in my possession, I could show how techniques of concealment and deception seem to have been held established by Rudolf Steiner himself since the creation of the first Waldorf school in Stuttgart in 1919 ( Extracts edifying Councils Rudolf Steiner in the first Waldorf school in Stuttgart ).

 The publication of my testimony has generated much interest in the world by a large number of people who know these schools and exposing their true nature.  Including Dan Dugan, President of MAPS, Roger Rawlings, Director of WALDORF-WATCH site, and Yves Casgrain, former director of INFO-sects in Canada, author of a forthcoming book on the Steiner-Waldorf schools.  These people have agreed to testify for my writing to the Tribunal.  My article has been translated and published in English, reflecting the esteem and interest in it by knowledgeable people.

Making contact with the institutions of the Republic

 Following the publication of my testimony, it was sent to MIVILUDES.  I received August 10, 2011 a letter of thanks from the Secretary General of MIVILUDES highlighting the "relevance and accuracy of my information" and "finesse of my analysis."

 I've received since then by various institutions of the Republic in order to answer questions about these schools.  I did it because I feel that this is my duty as a citizen.

And after?

 My final acquittal was delivered by the Criminal Chamber of the seventeenth Paris June 4, 2013.

 It seems to me important that society and its institutions now know that:


 mental confinement caused the students Waldorf schools I think is because of deep psychological suffering and undermines their dignity, their inner freedom, even if they do not necessarily realize because of the subtle nature of indoctrination suffered;


 that parents who put their children have the right to know the true nature of this teaching, which is initially hidden to those who are not anthroposophic or not disclosed in a manner sufficiently clear and explicit;


 the Steiner-Waldorf schools can not exist in my opinion and maintain their "education", as forwarded Rudolf Steiner, by relying on the transgressions of the law and knowingly failing to properly inform their authorities guardianship.

 I claim the right to express the point of view of mine on these schools, which is serious, thoughtful, documented and from a personal experience that allows me to understand things from the inside and witness .  I do not claim absolute truth, but honestly try to get close and have a legitimate right to share this investigative approach.
About thesis ads
 
 Share:
Facebook
Email
Twitter1
Reddit
Digg
StumbleUpon
Print
 WordPress:
I like loading ...

 Posted in Critical Studies on Waldorf pedagogy
 " The CIVI: conclusions following the call of the guarantee fund
Conceptual benchmarks "

 Replies

 [...] This month, Gregory Perra was finally Acquitted in a French court Effective Federation of the Steiner Waldorf Schools in France Decided to [...]

 By What the Steiner Waldorf School Movement About did not want you to read. | The Quackometer Blog June 14, 2013
 15 h 54 min

Reply


 Post a comment

 Categories
Items from the time I was anthroposophic
Poetic short stories
Satirical short stories
Critical studies on pedagogy Waldorf
Studies of films
Studies plays
Studies advertisements
Studies sculptures
Studies tables
Literary Studies
Philosophical Studies
Studies on the anthroposophic community
Framents life
Travel Impressions
The fanzine Gato
Notebooks Waldorf (documentation)
Evenings and outings that I organize
The texts of the strike of the Faculty of Theatre 1995
Links, interesting articles and publications about the Steiner-Waldorf schools and Anthroposophy
During my Philosophy
My reading cards
My books
my dissertations
My books of poetry awards
My friend texts "survivor"
Uncategorized

 Categories
Items from the time I was anthroposophy (41)
Poetic short stories (19)
Satirical short stories (20)
Critical studies on pedagogy Waldorf (25)
Film Studies (6)
Studies theater (2)
Studies of advertising (2)
Studies sculptures (6)
Studies tables (6)
Literary Studies (1)
Philosophical Studies (4)
Studies on the anthroposophic community (12)
Framents life (1)
Travel Impressions (9)
The fanzine Gato (2)
Notebooks Waldorf (documentation) (2)
Evenings and outings that I organize (5)
The texts of the strike of the Faculty of Theatre 1995 (20)
Links, interesting articles and publications about the Steiner-Waldorf schools and Anthroposophy (62)
During my Philosophy (17)
My reading cards (15)
My books (3)
my college memories (20)
My books of poetry awards (8)
My friend texts "survivor" (2)
Uncategorized (3)
 Tags
1995 anthroposophy Antoine Dodrimont Art Cinema critical Descartes sectarian drift control indoctrination Film Federation of Waldorf Schools strike Gregory Perra Hegel Kant Louvre magic anthroposophic medicine NEF Paris III Painting philosophy parts shakespeare Plato Poetry teaching pedagogy Waldorf Rudolf Steiner sectarianism sect Shakespeare Anthroposophical Society Anthroposophical Society in France Spirituality Steiner Steiner waldorf steiner waldorf schools symbolism theater Tolkien testimony UNADFI weleda Steiner-Waldorf schools
 Statistics blog
 81.202 hits
Subscription to Blog by Email

Enter your email address to follow this blog and be notified by email of new publications.
[*/quote*]




The original:
 
http://gregoireperra.wordpress.com/2013/04/22/chronologie-de-mon-parcours-chez-les-anthroposophes/

[*quote*]
Blog de Grégoire Perra
Philosophie sensible
Publié par : gperra | 22 avril 2013

Extrait du jugement de la XVIIème chambre correctionnelle de Paris du 24 mai 2013 :

Sur la bonne foi :

"Grégoire PERRA démontre qu’il a continué après cette démission (de l’école Perceval de Chatou) à collaborer avec le milieu anthroposophique, remettant ainsi le 28 janvier 2008 à Danièla HUCHER, membre du Conseil de la Fédération des Ecoles STEINER-WALDORF et membre du Comité Directeur de la Société Anthroposophique, un "petit rapport sur la question de la formation des professeurs dans les écoles WALDORF en France" dans lequel il évoque notamment la "constitution d’un vase clos profondément pathogène" au sein de ce corps enseignant et propose diverses solutions.

Grégoire PERRA a ensuite remis le 29 janvier 2008 un autre rapport, à Antoine DODRIMONT et Bodo von PLATO, rédigé à leur demande, intitulé "Réflexions sur le projet de Formation Anthroposophique Générale", dans lequel il formule plusieurs propositions visant à parfaire la formation anthroposophique.

Il a enfin remis le 15 décembre 2008 un troisième rapport aux instances anthroposophiques, intitulé "Lettre sur la formation anthroposophique en France" dans lequel il expose notamment les "défauts" et "travers du milieu anthroposophique" afin de pouvoir "avancer", ce qui illustre le fait qu’il s’est forgé une opinion critique à l’occasion des travaux ainsi réalisés. Puis il a publié en 2009 un article intitulé "de l’Idéalisme à l’Anthroposophie" dans la revue "Nouvelles de la Société Anthroposophique en France" datée de juillet-août 2009, qu’il qualifie lui-même de point de rupture dans sa propre réflexion concernant la doctrine anthroposophique, soutenant désormais que cette doctrine menaçait son propre libre arbitre.

Bien qu’ayant démissionné en juin 2009 de la Société Anthroposophique, il a donné par la suite une conférence intitulée "Le milieu anthroposophique, une animalisation de la vie de la pensée", dont le texte a été mis à disposition des membres de la Société Anthroposophique en France, notamment par l’intermédiaire des "Nouvelles de la Société Anthroposophique, en juin 2010, alors même qu’il y évoque la thèse de l’endoctrinement des élèves des écoles STEINER à l’anthroposophie.

Il résulte de ces éléments que, loin d’être le fruit d’une "haine féroce", le témoignage rédigé par Grégoire PERRA, publié sur le site de l’UNADFI, est le fruit d’une réflexion philosophique sur l’anthroposophie elle-même et sur ses modes de propagation, notamment au sein des Ecoles STEINER WALDORF

Dès lors, c’est également vainement que la partie civile soutient que "l’UNADFI" serait mue par une animosité personnelle caractérisée par le fait qu’elle a reproduit les propos, sans aucune réserve, de Grégoire PERRA, puisqu’aucune animosité n’est retenue à l’encontre de celui-ci.

En outre, non seulement l’UNADFI a fait droit à la demande de droit d réponse formulée par la partie civile, mais aucune animosité personnelle n’est établie de la part de Catherine PICARD et Marie DRILHON à l’encontre de la partie civile, celles-ci n’ayant fait que respecter l’objet social assigné à l’UNADFI en portant à la connaissance du public des éléments de réflexion permettant d’alimenter un débat démocratique, lequel se doit d’être ouvert à la critique, à l’interrogation et à la réflexion.

Enfin, le "sérieux de l’enquête" n’est pas utilement contesté par la partie civile, puisque les propos d-incriminés, sortis de leur contexte, relèvent en réalité d’un simple témoignage, émanant d’une personne apte à donner un avis sur le fonctionnement des Ecoles STEINER WALDORF puisque Grégoire PERRA a d’abord été  élève dans deux Ecoles STEINER WALDORF, puis professeur dans ces écoles, membre de la Société Anthroposophique en France et enfin a travaillé non seulement pour la Fédération des Ecoles STEINER WALDORF mais encore pour la Société Anthroposophique pour réformer la formation anthroposophique de manière générale et au sein des Ecoles STEINER WALDORF en particulier, étant observé qu’il était légitime pour la présidente de l’UNADFI, spécialiste au surplus de la lutte contre les mouvements sectaires, de donner la parole à Grégoire PERRA dans le cadre de son association, et que Marie DRILHON n’ayant fait que recueillir le témoignage, présenté comme tel, de Grégoire PERRA, n’avait pas à en vérifier la véracité.

L’excuse de bonne foi pouvant ainsi être admise, il convient de renvoyer les prévenus des fins de la poursuite.

Sur l’action civile :

L’association FEDERATION DES ECOLES STEINER-WALDORF EN FRANCE est recevable en sa constitution de partie civile, mais elle doit être déboutée de toutes ses demande en raison de la relaxe prononcée.

PAR CES MOTIFS :

Le tribunal, statuant publiquement, en premier ressort et par jugement contradictoire à l’égard de Grégoire PERRA, Marie JOIN LAMBERT, Catherine CORDONNIER épouse PICARD prévenus, et de l’association FEDERATION DES ECOLES STEINER-WALDORF EN FRANCE, partie civile (article 424 du code de procédure pénale),

Renvoie Grégoire PERRA, Marie JOIN LAMBERT, Catherine CORDONNIER épouse PICARD des fins de la poursuite,

Reçoit l’association FEDERATION DES ECOLES STEINER-WALDORF EN FRANCE en sa constitution de partie civile,

La déboute de ses demandes en raison de la relaxe prononcée."

Qu’est-ce que l’anthroposophie et la pédagogie Waldorf ?

Pour comprendre la démarche qui a été la mienne, il faut que l’anthroposophie, qui est en cause dans mon témoignage, et qui a donné naissance aux écoles Steiner-Waldorf, soit tout d’abord caractérisée. Il n’est pas facile de le faire synthétiquement, car il s’agit d’une œuvre immense qui touche à de très nombreux domaines, mais je crois qu’on peut dire la chose suivante :

Au début du XXème siècle, un jeune essayiste qui avait quelques prétentions philosophiques est devenu membre et dirigeant de la Société Théosophique. Là, il a affirmé avoir des dons de clairvoyance, de médiumnité, qui l’autorisait à faire des révélations concernant tous les domaines de la vie. De surcroît, il a également prétendu avoir mis au point une méthode permettant à quiconque la suivrait de devenir lui-même un clairvoyant. Cette méthode combine des exercices de méditation occultes (consignés dans son livre intitulé L’Initiation, Ed. Triades), mais aussi une épistémologie à caractère philosophique et scientifique (qu’il prétend asseoir sur les travaux scientifiques de Goethe notamment, consignée dans plusieurs ouvrages dont Une théorie de la connaissance chez Goethe, Ed. EAR). Cette méthode, mi-occulte mi-scientifique (en fait pseudo-scientifique) lui aurait donc permis d’avoir des révélations sur la réalité cachée du monde et de recevoir des indications directes des Dieux. L’anthroposophie doit donc être considérée comme une « nouvelle religion », mais elle prétend en même temps être une démarche scientifique, une « nouvelle science ».

C’est à partir de ces « révélations divines », transmises par les Dieux à Rudolf Steiner, mais présentées comme des résultats d’une démarche scientifique, qu’a été fondée la pédagogie Waldorf. De ce fait, les principes à l ’œuvre dans ces écoles ont tout de suite pris un caractère sacré. Il était impensable de les modifier, de les critiquer, de les remettre en cause, puisque cette méthode pédagogique venait directement du « monde spirituel », selon l’appellation des anthroposophes, par l’entremise d’un homme considéré comme un gourou. Or, nombreux sont les principes de ces écoles présentant, à mon sens, un caractère dysfonctionnel. Par exemple, la gestion collégiale (sans directeur ni hiérarchie reconnue) des écoles. Ou l’absence de notations. Ou la promiscuité professeurs-élèves. Ou le goût de l’irrationnel que ces écoles inculquent. Et surtout le fait qu’elles aient été conçues comme un monde à part, correspondant aux critères des anthroposophes, notamment alimentaires, esthétiques, religieux, relationnels, etc. C’est pourquoi il a été absolument nécessaire aux pédagogues anthroposophes de ces écoles de masquer les dysfonctionnements de leurs écoles dès lors qu’ils apparaissaient : étant issus d’une Révélation, ils ne pouvaient que produire une pédagogie exemplaire ! Ce qu’ils ont fait jusqu’à nos jours, avec des techniques de dissimulation de plus en plus rodées. De plus, la prétention des écoles Steiner-Waldorf à être la meilleur éducation qui soit et à obtenir pour cette raison des subsides des collectivités, notamment de l’Éducation Nationale, les a conduits à dissimuler également la véritable nature de leur pratique pédagogique, laquelle ne pouvait s’accorder aux critères éducatifs des différents pays où cette pédagogie s’implantait.

Récapitulatif des dates de mon parcours chez les anthroposophes :


septembre 1979 : entrée à l’école Steiner-Waldorf de Verrières-le-Buisson en classe de CE2 (4ème classe);


septembre 1988 : entrée à l’école Steiner-Waldorf Perceval de Chatou en classe de Terminale (13ème, à l’époque) ;


23/03/1994 au 31/06/1996 : professeur d’Histoire-Géographie à la Libre École Steiner de Verrière-le-Buisson ;


1995 : je deviens membre de la Société Anthroposophique en France ;
2001 : rédacteur et membre de la Rédaction de l’Esprit du Temps, principale revue anthroposophique publique en France ;


septembre 2002 : obtention du Capes de Philosophie, début de ma carrière d’enseignant à l’Éducation Nationale ;
juin 2003 : démission de la Rédaction de l’Esprit du Temps ;


septembre 2003 : je suis embauché à temps partiel par l’école Perceval de Chatou comme professeur de Philosophie, puis également de Français et de Théâtre ;


22 mars 2007 : je donne ma démission de l’école Perceval de Chatou ;


de mars 2006 à juin 2007 : formation pédagogique par week-ends à l’Institut Rudolf Steiner de Chatou ;
25 juillet 2007 : je donne ma démission de la Formation pédagogique de l’Institut Rudolf Steiner de Chatou ;


28 janvier 2008 : remise du rapport sur les écoles Steiner-Waldorf à Danièla Hucher, membre de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf et membre du Comité Directeur de la Société Anthroposophique ;


courant 2008 : remise d’un premier rapport sur la formation anthroposophique à Antoine Dodrimont et Bodo von Plato ;
22 novembre 2008 : participation au congrès de Biodynamie : "Agriculture et éthique du vivant", avec Jean-Marie Pelt ;


15 décembre 2008 : remise du deuxième rapport sur la formation anthroposophique ;


mars-avril 2009 : parution de l’article intitulé De l’idéalisme à l’anthroposophie dans les Nouvelles de la Société Anthroposophique en France ;


juin 2009 : je démissionne de la Société Anthroposophique ;


avril 2010 : je donne une conférence intitulée Le milieu anthroposophique, une animalisation de la vie de la pensée, mise à disposition des membres de la S.A.F. sous forme écrite à partir de juin 2010 ;


juillet 2010 : prise de contact avec la Présidente de la SOFI 94, association liée à l’UNADFI ;


novembre 2010 : prise de contact avec la directrice de Bulles de l’UNADFI ;


novembre 2010-mai 2011 : rédaction de mon témoignage paru sur le site de l’UNADFI


mai 2011 : rencontre avec le Bureau de Bulles, la revue de l’UNADFI au sujet de mon témoignage : séance de questions et de corrections avant publication ;


juin 2011: publication de la version courte de mon témoignage dans la revue BULLES ;


8 juillet 2011 : mise en ligne de la version longue de mon témoignage sur le site de l’UNADFI ;


10 août 2011 : lettre de remerciement du Secrétaire Général de la MIVILUDES au sujet de mon témoignage.
1er septembre 2011 : collège de rentrée des professeurs de l’école Steiner-Waldorf de Verrières-le-Buisson consacré au point de vue de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf sur mon témoignage ;
depuis septembre 2012 : rencontre avec diverses institutions de la République.
4 juin 2013 : relaxe définitive de la mise en accusation pour diffamation intentée par la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf.

Les acteurs

Pour bien comprendre les événements que je vais à présent décrire, il est nécessaire d’en préciser au moins six acteurs institutionnels, que l’on a tendance à confondre en raison de leurs liens étroits :


l’école Perceval de Chatou, dirigée à l’époque par Danièle Burlotte (directrice officiellement, mais simple membre du Collège de Direction dans les faits), Franck Gardian, Joël Acremant et Benoît Journiac (notamment) ;


la Libre école Rudolf Steiner de Verrière-le-Buisson, dont la directrice (officielle) est Marie-Céline Gaillard ;


la Fédération des écoles Steiner-Waldorf, présidée par Isabelle Ablard-Dupin, puis Jacques Dallé, puis Marie-Céline Gaillard ;


l’Institut de Formation Pédagogique Rudolf Steiner de Chatou, dirigé par Raymond Burlotte et Marie-Céline Gaillard (oui, elle est partout !) ;


la Société Anthroposophique en France, présidée par Antoine Dodrimont ;


la Société Anthroposophique Universelle, basée à Bâle, en Suisse, dirigée notamment par Bodo von Plato.

Ma démission de l’école Perceval de Chatou

Comme je l’ai dit dans mon article, j’ai été tout d’abord élève à l’école Steiner-Waldorf de Verrières-le-Buisson, puis de l’école Perceval. Je suis devenu officiellement anthroposophe à l’âge de 25 ans en devenant membre de la Société Anthroposophique. J’ai enseigné pendant deux ans à l’école Steiner de Verrières-le-Buisson, de 24 à 26 ans. A 30 ans, en 2000, je suis aussi devenu membre de la Communauté des Chrétiens (une filiale cultuelle de l’anthroposophie). En 2002, j’ai obtenu le concours de professeur certifié de Philosophie à l’Éducation Nationale. En 2003, je suis devenu professeur de Philosophie à l’école Perceval de Chatou, y effectuant quelques heures, en plus de mon service normal à l’Éducation Nationale. Le fait d’avoir un pied dans les deux systèmes m’a placé dans une situation de comparaison. Je me suis donc mis à faire des remarques ou des propositions qui se voulaient constructives, mais qui de fait remettaient en cause le fonctionnement de l’école Perceval. Ce qui, dans ce milieu, a été perçu comme des attaques. Pour ma part, je ne remettais pourtant nullement en cause la pédagogie Waldorf : je pensais y apporter des améliorations.

Par ailleurs, un autre point de comparaison m’a été fourni lorsque j’ai commencé ma formation à l’Institut Rudolf Steiner de Chatou. J’ai pu alors constaté un grand décalage entre ce que nous étions sensé faire du point de vue de ce que devrait être la pédagogie Waldorf et ce qui était pratiqué dans l’école où j’exerçais. Je tentais alors de faire aussi des propositions d’amélioration dans ce sens. Je pensais à cette époque que nous n’étions pas assez Waldorf, que nous ne suivions pas authentiquement les principes de Rudolf Steiner et que notre inefficacité était une trahison de l’esprit de cette école. Je pensais que Rudolf Steiner n’aurait jamais voulu que nous restions figés dans des formes rigides d’enseignement et de fonctionnement, conformément à l’exhortation à s’adapter aux circonstances nouvelles qu’il professe au début de son ouvrage intitulé Nature Humaine, qui est le livre de base des pédagogues anthroposophes. Cette remise en question des modes de fonctionnement de l’école Perceval a été de plus en plus mal vécue par certains professeurs membres du Collège de Direction.

Ma démission eut lieu le 22 mars 2007.

Ma démission de la formation pédagogique de l’Institut Rudolf Steiner de Chatou

Suite à cette démission, j’ai été reçu par Jacques Dallé, alors Président de la Fédération, et Raymond Burlotte, Directeur de l’Institut de Formation Pédagogique Rudolf Steiner de Chatou. Je leur ais décrit dans le détail la situation réelle de l’école Perceval de Chatou et tout ce qui s’y produisait. Je fus autorisé à continuer la formation pédagogique si je le souhaitais.

De mars à juin 2007, j’ai donc poursuivi la formation par week-ends à la formation pédagogique à l’Institut Rudolf Steiner de Chatou. Mais je prenais de plus en plus conscience que la méthode-même que l’on nous inculquait était déficiente. J’en faisais part parfois ouvertement à mes formateurs, qui pour certains allaient dans mon sens à mots couverts. En septembre 2007, j’ai pris la décision de ne pas continuer cette formation, bien que je fus encouragé à le faire, et je donnais ma démission. Je ne souhaitais plus travailler dans les écoles Steiner-Waldorf et pensais qu’une rénovation en profondeur de cette pédagogie était nécessaire.

Mes trois rapports internes sur la formation anthroposophique et sur la pédagogie Steiner-Waldorf

C’est à partir de juillet 2007 que je suis venu à collaborer étroitement avec Antoine Dodrimont, Président de la Société Anthroposophique.

Antoine Dodrimont m’avait déjà invité à participer à des congrès anthroposophiques. A partir d’août 2007, il voulu intensifier notre collaboration, suite à ma participation avec lui à un congrès anthroposophique destiné aux jeunes, sur « l’humour cosmique », pendant lequel je donnais une conférence intitulé La racine philosophique de l’Anthroposophie et le retour des Sorciers.

Fin 2007, je fus reçu par le Comité Directeur de la Société Anthroposophique, qui me chargea de réfléchir à la question d’une formation à l’anthroposophie pour les jeunes. Je rédigeais pour cela deux rapports successifs, adressés à Antoine Dodrimont et Bodo von Plato. A la même époque, Daniéla Hucher entra au Comité Directeur de la Société Anthroposophique. Cette personne était directrice d’une école Steiner-Waldorf dans le Sud de la France, à Pau, mais également membre de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf. Elle me commanda un autre rapport, cette fois sur les écoles Steiner-Waldorf. Ce rapport lui fut remis le 28 janvier 2008 (il est présent sur mon blog dans l’article intitulé Mes rapports sur la formation anthroposophique et sur les écoles Steiner-Waldorf en 2008).

C’est à l’occasion de la rédaction de ces rapports que j’ai commencé à prendre conscience des dysfonctionnements de l’anthroposophie et des écoles Steiner-Waldorf. Je dis bien « commencé », car je ne remettais pas encore en cause l’ensemble du système, ni la figure de Rudolf Steiner et son anthropospophie. Je restais un anthroposophe fervent, pratiquant ses méditations anthroposophiques quotidiennes et participant au culte de l’École de Science de l’Esprit. Je pensais qu’il était possible d’améliorer et de résorber son caractère problématique produisant de graves dysfonctionnements. Antoine Dodrimont allait ouvertement dans mon sens et me disait qu’ensemble nous allions rénover la Société Anthroposophique.

Le premier rapport qui m’avait été commandé a été remis à Antoine Dodrimont et Bodo von Plato courant 2008. Il suscita quelques remarques et propositions de corrections, notamment après une séance de travail avec Bodo von Plato en septembre 2008. Le deuxième, qui intégrait ces remarques, fut remis le 15/12/2008. Cependant, la réaction d’Antoine Dodrimont, consistant à vouloir cacher aux yeux de tous les conclusions de ce rapport, m’a indigné et c’est là que j’ai compris que le caractère problématique de cette institution était assumé par ses dirigeants.

Le 22 novembre 2008, Je fus convié par Antoine Dodrimont à participer à un grand congrès de Biodynamie en tant qu’intervenant, aux côté de Michaëla Glockler et Jean-Marie Pelt. J’y donnais une conférence et animais un atelier.

Mes articles de fond sur l’anthroposophie

Parallèlement à ces trois rapports, commandés par la Société Anthroposophique et la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf, je rédigeais également des articles de fond sur l’anthroposophie, qui paraissaient dans la revue de la Société Anthroposophique (Les Nouvelles). Ce travail était de nature plus philosophique. Dans ces articles également, mes conclusions en arrivaient à remettre en cause le caractère problématique du milieu anthroposophique et même de la doctrine qui le sous-tend. Dans l’un d’entre eux, intitulé De l’idéalisme à l’anthroposophie, paru dans les Nouvelles de la S.A.F de mars-avril 2009, je dénonçais le fait que les institutions anthroposophique conduisaient bien souvent ses membres à devenir des « esclaves du spirituel ». Je m’appuyais notamment sur un ouvrage dont la lecture fut essentielle pour moi, à savoir Difficile liberté d’Emmanuel Lévinas. Dans cet essai philosophique, Lévinas examine en effet deux type de rapport au divin, ou au sacré, que l’on pourrait aussi appeler le "numineux", ou le "monde spirituel", si l’on est anthroposophe. Il distingue la possession, qui se constitue d’un oubli de soi pour être traversé par le sacré ou le divin (l’enthousiasme, au sens étymologique de "en" et "théos") et la relation au divin, incarnée par le Judaïsme. Je compris alors que tout ce que j’observais dans le milieu anthroposophique était davantage de l’ordre de la possession que de la relation au divin.  Cet article éveilla aussitôt l’hostilité de quelques dirigeants importants du mouvement. Là-encore, cette attitude me permit de comprendre que la liberté de pensée et d’expression, dont se réclament à corps et à cris les anthroposophes, était purement factice et hypocrite.

Ma démission de la Société Anthroposophique

C’est l’ensemble de ce travail de réflexion, entamé d’une part à l’occasion de la rédaction de mes trois rapports, et d’autre part à l’occasion de mes articles philosophiques sur l’anthroposophie, qui m’a conduit à démissionner en juin 2009.

Cette démission me donna la possibilité de prendre encore davantage de distance d’une part, et de vivre une vie normale de l’autre, dans laquelle je m’épanouissais. Tant qu’on a encore un pied dans le milieu anthroposophique, il est impossible de comprendre sa vraie nature. Seule la coupure radicale ouvre les yeux. Je continuais ainsi de manière intellectuellement plus libre mon travail de réflexion sur le caractère enfermant de l’anthroposophie et des écoles Steiner-Waldorf. Cela donna lieu à une conférence, tenue au siège de la Société Anthroposophique en avril 2010, intitulé Le milieu anthroposophique, une animalisation de la vie de la pensée. J’y dénonçais clairement le caractère « vampirique » de l’anthroposophie et de ses institutions dérivées, ainsi que l’enfermement mental que les écoles Steiner-Waldorf mettaient selon moi en œuvre sur leurs élèves.

La rédaction de mon témoignage paru sur le site de l’UNADFI

En juillet 2010, je me m’y à écrire mes souvenirs de ma scolarité dans les écoles Steiner-Waldorf, ainsi que mes souvenirs d’ancien professeur de ces institutions. Il s’agissait de notes manuscrites sur un cahier. Je les fit lire par ma meilleure amie, qui me conseilla de solliciter l’éclairage de spécialiste des sectes pour m’aider à progresser dans mon travail de réflexion en cours. Toujours sous ses conseils, je pris contact avec la SOFI 94, une association de lutte contre les dérives sectaires du Val de Marne, à qui je racontais l’ensemble de mon histoire. A l’issue de cet entretien, la Présidente demanda mon autorisation de contacter l’UNADFI, pour leur faire part de ce que nous avions échangé. Pendant plusieurs mois, je n’eus plus aucune nouvelle et je finis par penser que l’affaire serait sans suite, ce qui ne me dérangeait nullement. Mais en novembre 2010, je fus contacté par la directrice de la revue BULLES, revue de l’UNADFI, qui me demanda de commencer à rédiger un témoignage écrit de mon parcours chez les anthroposophes et de mon expérience de professeur dans les écoles Steiner-Waldorf. Je le fis volontiers, car je pensais que ce travail de rédaction serait un moyen de clarifier ma réflexion en la soumettant au regard d’une personne avertie. Au même moment, je tombais gravement malade et fus alité pendant plusieurs mois. Ceci me donna la possibilité de me consacrer entièrement à la rédaction de ce long article, ce qui n’aurait pas été possible tout en travaillant. J’envoyais, par bribes, des fragments de mon travail à la directrice de Bulles, qui les lisait et m’interrogeait au sujet de ce que j’avais écrit, me demandant des précisions, stimulant par ses questions ma réflexion et m’invitant à examiner des aspects particuliers du sujet auxquels je n’avais pas songé. Elle me demanda de détailler scrupuleusement tous les faits mentionnés dans mon témoignage et de lui communiquer les noms des personnes impliquées, qui n’ont pas été conservés dans la version finale pour ne pas porter atteinte à leur réputation. Elle me demanda également de préciser mes sources et référencer mes propos quand cela était possible, ce qui de toute façon était ma méthode de travail. Elle m’aida également à prendre de la distance avec le vocabulaire spécifique du milieu anthroposophique et des écoles Steiner-Waldorf, qui n’est compréhensible qu’à l’intérieur des cercles de ce petit monde.

Dans le même temps, j’étais encore en contact avec plusieurs anciens élèves de ces écoles et avec un professeur Steiner-Waldorf encore en activité. J’eus avec chacun d’eux de longs entretiens au cours desquels ceux-ci me confièrent différents éléments me permettant de conclure au caractère problématique de ces écoles. Ils étaient au courant du fait que je rédigeais cet article. Les entretiens avec les anciens élèves me permirent en effet de percevoir leurs grandes difficultés d’intégration psychologique à la société normale, leur souffrance pour abandonner le monde à part qu’ils avaient connu, et dans lequel ont leur avait donné artificiellement une image surestimée d’eux-mêmes. Comme ces élèves en était précisément au début de leurs études universitaires, ils devaient affronter ces difficultés de façon très consciente et pouvaient en témoigner clairement. Le professeur en activité, quant à lui, me faisait part du fonctionnement interne de son école, des graves problèmes de gestion collégiale qu’il y rencontrait, des pratiques relationnelles hautement problématiques y observait et subissait, etc. J’y décelais avec étonnement les mêmes processus que j’avais déjà rencontrés dans d’autres écoles Steiner-Waldorf, ou des méthodes dont on m’avait parlé à la formation en évoquant d’autres écoles de France et d’Allemagne. C’est ainsi que je pus prendre conscience du fait que ces dysfonctionnements n’étaient pas propres à telle ou telle école particulière, comme je l’avais cru jusqu’alors, mais qu’ils étaient inhérents au système Steiner-Waldorf dans son ensemble. Par ailleurs, le professeur toujours en activité, qui avait ses enfants scolarisés dans une école Steiner-Waldorf, me racontait des éléments de leur scolarité. J’y voyais dans les détails comment certains mécanismes d’enfermement mental et de conditionnement subtils étaient mis en place dès le plus jeune âge, absolument identiques à ceux que j’avais vécu moi-même en tant qu’élève, ou que j’avais observé et mis en pratique moi-même en tant que professeur.

La publication de mon témoignage eut lieu en juillet 2011. Début septembre 2011, le professeur en question repris contact avec moi pour m’annoncer que le collège de rentrée de l’école où il travaillait avait pour intitulé : « L’article de Grégoire Perra : le point de vue de la Fédération ». Le soir-même, il m’appela pour m’en faire un compte-rendu détaillé. Il était absolument stupéfait du fait que Marie-Céline Gaillard, Présidente de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf et Directrice de l’école de Verrières-le-Buisson, aurait au cours de cette réunion (selon ses dires) pris la défense de mon article contre tous les professeurs de l’école réunis, affirmant que de nombreuses choses que j’y avais dites étaient vraies. Il ajoutait cependant que la Fédération se verrait probablement dans l’obligation d’attaquer mon écrit en diffamation afin de contrer les effets qu’il pouvait produire dans l’opinion publique. Il précisa qu’il aurait été dit, au cours de cette réunion, que la stratégie adoptée par la Fédération consistait pour l’heure à tenter d’étouffer l’affaire. Il s’agissait de qualifier publiquement mon écrit de "pamphlet". Cependant, lors de cette réunion, Marie-Céline Gaillard aurait affirmé qu’en interne, on ne devait pas qualifier ce témoignage de pamphlet, mais qu’il fallait utiliser le terme d’article, car il s’agissait d’un travail qui reflétait mes pensées, et que les écoles devaient prendre au sérieux ce qui y était écrit afin de changer leurs modes de fonctionnement. (Ces propos retransmis par une personne de bonne foi sont cependant sujets à caution, puisque je ne les ais pas moi-même entendus). Cela suscita, toujours d’après les dires de ce professeur, l’indignation des professeurs Steiner-Waldorf purs et durs qui étaient présent lors de cette réunion. On me procura par ailleurs un courrier interne de la Fédération aux professeurs des écoles Steiner-Waldorf en activité, signé du Secrétaire Général de la Fédération, Henri Dahan, reprenant la position défendue par Marie-Céline Gaillard devant ses collègues. Il y disait clairement que « l’écrit de Grégoire Perra posait des questions importantes », que « je n’étais pas le premiers à le faire » et « qu’il faudrait y réfléchir une fois maîtrisées les conséquences de son acte ».

La poursuite de mon travail de réflexion

Suite à la publication de mon article, j’ai poursuivi mon travail de réflexion sur les écoles Steiner-Waldorf et l’Anthroposophie, ce qui a donné lieu à la publication de nombreux articles sur mon blog. Dans une première catégorie d’articles, j’ai tenté d’approfondir le caractère enfermant de l’anthroposophie en tant que doctrine, le fonctionnement de la Société Anthroposophique et du milieu anthroposophique (par exemple dans l’article intitulé Qui sont les anthroposophes? ou Les pressions du milieu anthroposophique). Dans une autre catégorie d’articles, j’ai tenté de mieux cerner les processus de transmission insidieuse de la doctrine anthroposophique aux élèves, à l’œuvre selon moi dans les écoles Steiner-Waldorf (par exemple dans Une emprise et un endoctrinement presque indétectables). Enfin, dans un dernier article particulièrement long et documenté, me basant sur des écrits secrets de Rudolf Steiner qui étaient en ma possession, j’ai pu montrer comment des techniques de dissimulation et de tromperie organisées semblent avoir été instituées par Rudolf Steiner lui-même dès la création de la première école Steiner-Waldorf à Stuttgart en 1919 (Extraits édifiants des Conseils de Rudolf Steiner à la première école Steiner-Waldorf de Stuttgart).

La publication de mon témoignage a suscité beaucoup d’intérêt dans le monde de la part d’un grand nombre de personnes connaissant ces écoles et dénonçant leur vraie nature. Notamment Dan Dugan, Président de PLANS, Roger Rawlings, directeur du site WALDORF-WATCH, et Yves Casgrain, ancien directeur de INFO-SECTES au Canada, auteur d’un ouvrage à paraître sur les écoles Steiner-Waldorf. Ces personnes ont accepté de témoigner en faveur de mon écrit auprès du Tribunal. Mon article a été traduit et publié en langue anglaise, témoignant de l’estime et de l’intérêt que lui accordent des personnes averties.

Prises de contact avec les institutions de la République

Suite à la publication de mon témoignage, celui-ci fut envoyé à la MIVILUDES. Je reçus le 10 août 2011 une lettre de remerciement du Secrétaire Général de la MIVILUDES soulignant la « pertinence et la précision de mes informations » et la « finesse de mes analyses ».

J’ai été reçu depuis lors par différentes institutions de la République afin de répondre à leurs questions au sujet de ces écoles. Je l’ai fait parce que je ressens que tel est mon devoir de citoyen.

Et après ?

Ma relaxe définitive a été prononcé par la XVIIe chambre correctionnelle de Paris le 4 juin 2013.

Il me semble important que la société et ses instances sache désormais que  :


l’enfermement mental provoqué sur les élèves des écoles Steiner-Waldorf est selon moi cause de souffrances psychologiques profondes et porte atteinte à leur dignité, à leur liberté intérieure, même s’ils ne s’en rendent pas nécessairement compte en raison du caractère subtil de l’endoctrinement subi ;


que les parents qui mettent leurs enfants ont le droit de savoir quelle est la véritable nature de cette pédagogie, qui est cachée au départ à tous ceux qui ne sont pas des anthroposophes, ou qui n’est pas divulguée de manière suffisamment claire et explicite ;


que les écoles Steiner-Waldorf ne peuvent selon moi exister et maintenir leur "pédagogie", telle que l’a transmise Rudolf Steiner, qu’en s’appuyant sur des transgressions de la loi et en négligeant sciemment d’informer correctement leurs autorités de tutelles.

Je revendique le droit à l’expression du point de vue qui est le mien sur ces écoles, lequel est sérieux, réfléchi, documenté et issu d’une expérience personnelle qui me permet de comprendre les choses de l’intérieur et d’en témoigner. Je ne prétends pas détenir la vérité absolue, mais tenter honnêtement de m’en approcher et avoir légitimement le droit de faire part de cette démarche d’investigation.

["EMCCorp·
1,030 videos
Published on Apr 30, 2013

Yad Vashem: Preserving Holocaust History

The eyewitness generation to the Holocaust is aging and soon most of them will be gone. In many parts of the world today, voices are raised in denial of the murder of 6 million Jews and globally we continue to see instances of genocide. In 1953, the Israeli Government determined that the tragic legacy of the Holocaust and the lessons it inspired must be preserved and protected for future generations... and so Yad Vashem was founded.

Today with the help of EMC technology, this unique institution is not only preserving the documents, films and photographs that bear witness to the Holocaust, they are digitizing and placing the entire collection online in order to educate the world to the ever present dangers of man's inhumanity to man.

"Like" us on Facebook: http://on.fb.me/N2vD24
Follow us on Twitter: http://bit.ly/Ukp7aB"]
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=XoNbPUIB5GA

Publié dans Etudes critiques sur la pédagogie Steiner-Waldorf
« La CIVI : conclusions suite à l'appel du fonds de garantie
Les repères conceptuels »

Réponses

[…] this month, Grégoire Perra was finally acquitted in a French court after the Federation of Waldorf  Steiner Schools in France decided to […]

Par What the Steiner Waldorf School Movement did not want you to read. | The Quackometer Blog le 14 juin 2013
 à 15 h 54 min

Réponse


Poster un commentaire

Catégories
Articles du temps où j'étais anthroposophe
Courtes nouvelles poétiques
Courtes nouvelles satyriques
Etudes critiques sur la pédagogie Steiner-Waldorf
Etudes de films
Etudes de pièces de théâtre
Etudes de publicités
Etudes de sculptures
Etudes de tableaux
Etudes littéraires
Etudes philosophiques
Etudes sur le milieu anthroposophique
Framents de vie
Impressions de voyages
Le fanzine Gatô
Les cahiers Steiner-Waldorf (documentation)
Les soirées et les sorties que j'organise
Les textes de la grève de l'UFR Théâtre de 1995
Liens, articles et publications intéressantes au sujet des écoles Steiner-Waldorf et de l'Anthroposophie
Mes cours de Philosophie
Mes fiches de lecture
Mes livres
mes mémoires universitaires
Mes recueils de sentences poétiques
Textes de mon amie "survivante"
Uncategorized
 
Catégories
Articles du temps où j'étais anthroposophe (41)
Courtes nouvelles poétiques (19)
Courtes nouvelles satyriques (20)
Etudes critiques sur la pédagogie Steiner-Waldorf (25)
Etudes de films (6)
Etudes de pièces de théâtre (2)
Etudes de publicités (2)
Etudes de sculptures (6)
Etudes de tableaux (6)
Etudes littéraires (1)
Etudes philosophiques (4)
Etudes sur le milieu anthroposophique (12)
Framents de vie (1)
Impressions de voyages (9)
Le fanzine Gatô (2)
Les cahiers Steiner-Waldorf (documentation) (2)
Les soirées et les sorties que j'organise (5)
Les textes de la grève de l'UFR Théâtre de 1995 (20)
Liens, articles et publications intéressantes au sujet des écoles Steiner-Waldorf et de l'Anthroposophie (62)
Mes cours de Philosophie (17)
Mes fiches de lecture (15)
Mes livres (3)
mes mémoires universitaires (20)
Mes recueils de sentences poétiques (8)
Textes de mon amie "survivante" (2)
Uncategorized (3)
Tags
1995 anthroposophie Antoine Dodrimont art Cinéma critique Descartes dérive sectaire emprise endoctrinement Film fédération des écoles Steiner-Waldorf grève Grégoire Perra Hegel Kant Louvre magie médecine anthroposophique NEF Paris III Peinture philosophie pièces de shakespeare Platon Poésie pédagogie pédagogie Steiner-Waldorf Rudolf Steiner sectarisme secte Shakespeare Société Anthroposophique Société Anthroposophique en France Spiritualité Steiner steiner waldorf steiner waldorf schools symbolisme théâtre Tolkien témoignage UNADFI weleda écoles steiner-waldorf
Statistiques du blog
81,200 hits
Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
[*/quote*]
« Last Edit: June 15, 2013, 04:00:10 AM by Omegafant »
Logged
Steine kann man nicht essen!
Pages: [1]